AFIVAL - LE BLOG

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - coût du capital

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 7 novembre 2018

Nouvelles références pour la détermination des primes de taille dans le coût du capital

La société BVR (Business Valuation Ressources) met à disposition une nouvelle source d'informations pour la détermination des primes de taille dans le cadre de l'estimation du coût des fonds propres (ou plus globalement dans le coût du capital).

L'outil est à ce jour disponible en version "Bêta" et gratuit mais deviendra probablement payant dans les prochains mois.

Les données de base (ou données brutes) utilisées sont identiques à celles publiées par la société Duff&Phelps (CRSP data) qui publie deux bases de données utiles pour estimer la prime de taille (primes de taille D&P et prime de taille "ex Ibbotson") . Il s'agit donc de primes de taille calculées sur la base de données historiques.

Il est à noter que l'évaluateur peut choisir la période de calcul des primes de risque, ce qui constitue en quelque sorte une "différenciation" par rapport aux données compilées par le cabinet Duff&Phelps : données utilisées à partir de 1928 ou à partir de 1963 ou à partir de 1982 ou selon la sélection de l'évaluateur. La prime de taille est déterminée dans une fourchette répartie en 10 déciles.

Le lecteur pourra se reporter aux informations du site de la société BVR pour s'inscrire à cette nouvelle source d'informations pour le calcul de la prime de taille : Lien BVR.

jeudi 18 avril 2013

Comment déterminer la valeur d’entreprise du non coté : DCF, multiples ou multicritère ?

La méthode des DCF et celle des multiples sont, de loin, les plus populaires dans le monde des affaires aujourd’hui. Mais une approche unique dans ce domaine montre ses limites.

Lire la suite...

dimanche 18 novembre 2012

Les sociétés cotées doivent mieux justifier leur taux d’actualisation utilisé pour les tests de dépréciation des goodwill et incorporels

L’AMF vient d’émettre le 16 novembre 2012 sa recommandation relative à l’arrêté des comptes 2012. C’est dans ce cadre que l’AMF attire l’attention sur la nécessité, pour les émetteurs, de décrire en annexe la manière dont les taux d’actualisation sont déterminés et à s’assurer de la cohérence de ces derniers par rapport aux risques pris en compte dans les flux de trésorerie futurs.

Lire la suite...

mercredi 11 juillet 2012

Le coût du capital et les pertes de valeur des sociétés du SBF 120

Le coût du capital (ou WACC) traduit le coût de financement global de l’entreprise (et donc le taux de rentabilité minimum attendu des apporteurs de capitaux). Il est notamment utilisé dans le cadre de la mise en œuvre de la méthode d’évaluation financière des DCF afin de réaliser les tests de dépréciation des Goodwill (ou écarts d’acquisition). L’analyse des rapports annuels des sociétés du SBF120 de 2008 à 2011 montre que la conjoncture économique et financière en Europe ces dernières années a un impact modéré dans la modélisation du WACC. L’augmentation des pertes de valeur résultant principalement de la revue à la baisse des plans d’affaires.

Lire la suite...

lundi 23 janvier 2012

Les WACC du SBF 120 en 2008 et 2009

Les incorporels identifiés à la suite d'une opération de croissance externe conduisent les sociétés cotées à réaliser des tests de dépréciation annuels, qui peuvent aboutir à constater en résultat une perte de valeur. La valeur d'utilité, qui est généralement retenue pour réaliser ce test, doit être estimée sur la base de la méthode des flux futurs de trésorerie actualisés. Un des paramètres fondamental de cette méthode est le taux d'actualisation utilisé qui correspond au niveau de rendement minimum attendu par un investisseur (le fameux WACC). Nous nous sommes intéressés aux pratiques des sociétés du SBF 120.

Lire la suite...

mardi 13 juillet 2010

Déficits fiscaux et taux d'actualisation

La plupart des entreprises et professionnels comptables et financiers ont aujourd'hui intégré la nécessité d'intégrer dans la valorisation l'effet positif de l'économie d'impôt qui peut-être généré par l'existence de déficits fiscaux reportables. Néanmoins, certaines problématiques qui y sont attachées sont parfois éludées, dont certaines sont mentionnées ci-dessous.

Lire la suite...